Karma – vies antérieures, que dois-je régler? Et comment le faire?

Bonjour à tous,

Cette nouvelle vidéo parle du karma, des vies antérieures.
Nous avons tous conclus des contrats, pactes, accords, fait des vœux dans nos vies passées.
Cela peut être bloquant dans notre chemin de vie et entraîner des ralentissements voir des blocages…

Nous avons fait le bien comme le mal, nous avons servi tous l’ombre et la lumière, car c’était tout simplement l’expérimentation de l’âme, une initiation continuelle, afin de nous reconnecter à notre âme lumière, à savoir faire des discernements et à évoluer continuellement!

Explications détaillées dans cette vidéo, exemples, et conseils pour régler ou annuler contrats/pactes/alliances/etc…

N’hésitez pas à liker, partager si cela vous parle ou peut parler à vôtre entourage 😉

Belle journée à vous! 🙏🍀🤗🤸‍♀

Amicalement,

Caroline

La vie est un apprentissage, à vous de savoir ce qui est bon pour vous! Les médecines parallèles?

La petite fille, c’est moi, j’étais toute jeune n’est-ce pas! Et sur la 2nde photo, c’est mon papa et moi. Bon, apparemment j’aimais déjà les biscuits, j’étais déjà gourmande 🙂 ! …

Ce post est pour dire que dans chaque chose, dans chaque situation, à chaque évènement qu’il soit heureux ou malheureux, il y a toujours un enseignement à prendre et/ou à apprendre.

Nous sommes tous sur des chemins initiatiques, certes chaque parcours est différent, mais il sont tous aussi riches, d’expériences diverses et variées…

J’ai envie de parler du médecin que l’on avait était enfant et ado : il n’utilisait pas la médecine générale mais plutôt une médecine dite « parallèle ». L’homéopathie, et la radiesthésie étaient la base même de notre façon de nous soigner!

Je suis vraiment ravie que mes parents aient choisi cette façon de nous soigner! Etais-ce la meilleure? Je ne sais pas…En tout cas elle fonctionne bien, puis elle est basée sur l’utilisation de plantes, c’est toute de même naturel, quoi de mieux?

Mes parents ont préféré nous emmener chez l’ostéopathe, le podologue, l’orthodontiste, le magnétiseur, que d’aller forcément voir un médecin ou aller aux urgences en cas de gros pépin, et ça, je trouve cela cooooool!

J’utilise toujours, du haut de mes 34 ans, les mêmes médecines. D’ailleurs j’ai moi-même suivi des formations dans le domaine de la guérison : je suis diplômée en magnétisme quantique (Instruit par Sébastien Carton, Belcodène (13)) et thérapie quantique (Méthode de Melo, enseignée par Pascale Montagnac), je pratique les lectures d’âme et je communique avec les animaux pour comprendre leur comportement et leur souffrance, souvent dû à des choques traumatiques de l’enfance…Ou des fois, ils absorbent les maux physiqe et/ou émotionnel de leur humain…(Instruit par Nicole Baptista, Cagnes sur mer(06))

Donc l’utilisation de l’homéopathie et médecines qui utilisent les minéraux, les plantes, les couleurs, les énergies, pour moi : JE GARDE!!

Je vais revenir à mon enfance. Mon papa était déjà ouvert à une certaine forme de spiritualité, puisqu’il pratiquait la radiesthésie dès mon plus jeune âge. J’ai appris par ces pratiques que tout n’étais pas bon à prendre. J’ai assez de recul maintenant sur ces façons de procéder, et je vois que ça n’était pas forcément clean…C’est même une évidence!

Il y a 20 ans de cela, on ne savait pas se protéger nous + les lieux comme maintenant, on ne savait pas utiliser « l’énergie divine », l’énergie qui vient du cosmique, et on utilisait plutôt sa propre énergie, chose que je déconseille fortement!

Et puis on ne travail pas énergétiquement sur quelqu’un sans sa permission, c’est comme si on s’introduisait chez lui sans autorisation. C’est malsain, manipulateur, contrôlant…!

Je dis cela parce que c’est pour moi, c’est apparenté à de la magie noire ou blanche suivant les intentions que l’on porte, bien entendu…

Je comprend maintenant que mon papa n’était pas « un terrien », qu’il est venu expérimenter certaines choses sur terre, mais qu’il n’était pas forcément à l’aise, que c’était une expérimentation de son âme pour qu’il puisse évoluer sur d’autres plans.

Etant enfant, j’ai été attiré par l’utilisation du pendule, dès l’âge de 10-12 ans, je voulais faire comme mon papa. J’ai exercé à des fins personnelles pendant quelques années, puis quand je me suis rendu compte de tout ce qu’on pouvait faire avec, du bien comme du mal, en observant la déviance des pratiques faites par mon père, j’ai arrêté très rapidement.

Je n’ai plus voulu entendre parler de pendule et de radiesthésie jusqu’à ce que je fasse cette formation de magnétisme quantique…

Sébastien Carton, le formateur, m’a très largement rassuré sur l’utilisation actuelle du pendule, sur le fait que maintenant on utilisait plus sa propre énergie. Il sentait mes capacités et n’a pas hésité à m’encourager dans cette voie, et je l’en remercie tellement! J’utilise maintenant le pendule pour prendre le taux vibratoire et les différents taux de fonctionnement des différents corps (reliés aux différents chakras) de mes patients. Je le fais également tous les jours sur moi, je peux donc suivre l’évolution de mon éveil spirituel, je peux savoir ou j’en suis dans mon parcours FJ, c’est un excellent indicateur d’évolution personnelle…!!

Je remercie mon père de m’avoir emmené à sa manière sur une ouverture d’esprit, qui m’a permise de me faire grandir, et de ne pas reproduire les erreurs qu’il à pu faire. J’ai appris à faire la part des choses, et je suis guidée de plus en plus à être dans ma lumière.

Mon papa qui est parti de ce monde en 2012, c’est un guide de proximité pour moi, il n’est plus là physiquement, mais j’ai la chance de garder contact avec lui dans la 5D…

Donc l’utilisation de la radiesthésie, des couleurs, les énergies, des pierres, cristaux, pour moi : JE GARDE!! Mais attention à leur utilisation, il faut garder la tête sur les épaules 😉

A très vite pour un nouveau post,

Amicalement,

Caroline

Soin vibratoire au tambour chamanique

Bonjour à tous,

Pour faire suite au sujet du dernier post, j’avais envie de vous proposer ce soin que j’ai réalisé à l’aide de mon précieux tambour que j’ai fabriqué lors de la formation 😇!
J’avais donné l’intention qu’il serve à la guérison de toute personne qui serait réceptif aux vibrations.
Si vous lisez ce post c’est que vous êtes bien au « bon endroit » 🙏🙏🙏

Si vous aimez et que vous souhaitez que j’en fasse de nouveaux, envoyez moi un mail, ou commenter le post, je vous répondrais avec plaisir!

En espérant que cela résonne en vous,
Très belle journée ensoleillée,

Amicalement,

Caroline

Quand tu es enfant, voir l’invisible peut être terrifiant!

Dès mon plus jeune âge, je dirais dans les 3-4 ans, je voyais et ressentais certaines choses qui me faisaient peur, même très peur. J’habitais dans une vielle maison de village en côte d’or, ma chambre était situé au RDC à côté du salon et de la cuisine. La chambre de ma sœur et celle de mes parents étaient à l’étage.

Chaque soir, je demandais à mes parents d’attendre que je m’endorme avant d’aller se coucher, car j’avais peur de m’endormir dans le noir, seule, au RDC. Mes parents me bordaient, mettaient une petite veilleuse, comme ont beaucoup d’enfants qui ont peur dans le noir, et attendant un bon quart d’heure dans le salon que je m’endorme. La plupart du temps je n’arrivais pas à m’endormir, puisque j’étais terrifiée à l’idée que mes parents s’en ailles à leur tour se coucher…

Evidemment l’angoisse montait en moi, et là, je me retrouvait seule au RDC. Mon lit était accolé au mur et moi-même je me collais au mur, histoire de me faire la plus petite possible! J’avais toujours trop chaud du fait que je me recouvrais en totalité des draps pour éviter de voir quoi que ce soit. Mais au bout de quelques heures, étouffant sous mes draps, je passais une jambe au dessus des couvertures, je dormais sur le côté, j’étais bien, même très bien… Je commençais tout doucement à me détendre, à reprendre mon souffle, mon corps était moins chaud, je respirais!!

Mais au moment d’arriver dans un sommeil profond, je sentais un frôlement sur ma jambe droite, c’était froid. Rien de malveillant je vous dirais maintenant! Mais à 4 ans, j’étais terrorifiée…

Je regardais dans ma petite chambre de 9m2 (qui me paraissais très grande à cet âge là!), avec les sourcils froncés, soucieuse de ce que je pourrais voir… La plupart du temps je ne voyais rien! Mais ça m’est arrivée de voir des silhouettes vaporeuses qui vaquaient à leurs occupations…! Je me rappelle très bien d’une silhouette immense qui avait l’air de travailler le bois, au dessus de mon secrétaire. J’avais l’impression qu’il n’était même pas conscient que j’étais là, en tout cas je ne le génaîs pas.

Tous les matins, je me réveillais et mon doudou, que j’appelais « ma-chien » puisque c’était un chien (oui, ça me fait toujours aussi rire ce surnom), et il était par terre à l’autre bout de la pièce. J’avais un porte-manteau avec une tête de bécassine, et oui je l’adorais étant p’tite fille, mais celle-ci avait la tête retournée chaque matin au réveil… Et je peux vous assurer que je n’étais pas somnanbule…! Mes parents me disaient que je l’étais puisqu’ils n’étaient pas en mesure de savoir m’expliquer ce qui avait pu se passer durant la nuit…

Je n’étais pas comprise, forcément, puisque l’invisible fait peur…! Même aux grandes personnes! Mes parents m’ont fait douter de mes ressentis, est-ce que je voyais vraiment ces choses là ou étais-ce l’immagination débordante d’une petite fille très créative?

Maintenant, je connais la réponse, puisque en m’affirmant contre mes peurs et en acceptant mon don, je vois bien que je n’étais pas folle!

Je n’en veux pas du tout à mes parents de m’avoir pas cru, puisqu’eux même pouvaient avoir peur de ces choses invisibles, ces âmes errantes, que l’on appelle « entité »!

J’espère que tous les parents qui lirons ce poste, et qui ont des enfants éveillés, qui voient certaines choses « invisibles », accueillerons et aideront leurs enfants à ne pas avoir peur, de les soutenir pleinement, de se rapprocher vers des passeurs d’âmes. De leur expliquer les choses et de pourquoi pas les aider à développer leur don, si ils en ont envie bien entendu!

Je propose des ateliers/formations en développement médiumnique pour les adultes, je peux également proposer ces mêmes ateliers pour les enfants. (compter 2h par atelier – je préconise 4 ateliers pour être à l’aise, tout dépendra de votre éveil/parcours spirituel)

Je peux aussi, si vous le souhaitez, vous orientez vers d’autres personnes très compétentes.

A très vite pour un nouveau post,

Amicalement,

Caroline

Formation n°1 : Fabrication d’un tambour chamanique – Ardèche (07)

Le dernier Week-end de juillet 2019, j’ai été me former à la création d’un tambour chamanique à quelques kilomètres de Lachamp-Raphaël, en Ardèche, à 1h30 de route de chez moi.

Ca a été une véritable révélation. J’ai fait la rencontre d’une vingtaine de personnes extraordinaires, de la France entière, d’origine et de culture différentes.

Anathé et Gabriel nous ont accueillis dans leur « maison-gîte » au beau milieu de la forêt, dans les hauteurs ardéchoises, un un peu plus de 1000 mètre d’altitude.

Nous avons vécu au rythme doux et respectueux du temps qui passe. J’avais d’ailleurs du mal des fois à rester sans rien faire, j’étais tellement habituer à être « hyperactive », à être soucieuse des cadences infernales au travail, que ça me suivait même jusqu’à dans mes loisirs… J’en rigole maintenant!!

Les activités commençaient le matin à 9h, jusqu’au repas du midi, puis nous reprenions les activités à 15h00 jusqu’au repas du soir. Ils étaient végétarien et délicieux!

Nous étions libre de dormir dans un des deux dortoirs, soit dans une magnifique yourte située à l’écart de la maison.

Le 1er soir, fut le moment de découverte du lieu, magique et sacré, et la découverte des autres personnes du groupe. Beaucoup exerçaient des métiers dans les médecines parallèle, de beaux moments de partage d’expérience… Nous étions fatigués de la route mais surtout du changement d’altitude pour ma part.

Le 2nd jour, nous sommes allés nous promener dans la prairie, le paysage était grandiose, un véritable spectacle, la nature avait repris ses droits… Nous avons fini par nous installer au sommet de la montagne et nous nous sommes assis en cercle, après une bonne heure de marche.

Nous nous sommes présentés à tour de rôle et dit pourquoi nous étions là et quelles intentions on voulaient donner à notre tambour. Perso, j’ai donné l’intention de guérison, et de l’utiliser lors de méditations.

Nous sommes allés après cela, tout en étant accompagnés par des circaètes (rapaces que l’ont trouvent en Ardèche et que j’aime tout particulièrement), été chacun notre tour, choisir les yeux bandés, notre aligneur. C’est ce qui va nous servir de poignée, à l’arrière du tambour. Il sert à relier également tout le tissage qui permet de tendre la peau du tambour.
J’ai plongé ma main dans le panier, et j’ai eu le privilège de tirer un morceau de corne d’Impala, c’est comme une gazelle à corne longue et noire, ondulées. Moment magique et inoubliable…

Aligneur en main, nous sommes redescendu au gîte et nous avons repris des forces avec un bon repas.

L’après-midi, nous avons pris le chemin qui descend la rivière et nous sommes allés chercher le cercle du tambour qui servira de base au tambour (utilisation du frêne, arbre sacré). Ils étaient cachés, on aurait dit une chasse au trésor, j’avais l’impression de repartir dans l’enfance, le pied 🙂

J’en ai découvert une bonne dizaine, je les ai pris en mains, admiré leurs formes multiples, leur coloris variés…Je me suis laissé guidé par mon intuition puis j’ai jeté mon dévolu sur l’élu de mon cœur. Il m’a choisi je pense autant que je l’ai choisi moi!

Avant le repas, nous sommes allés trouver notre peau au beau milieu de la rivière gelée!
Nous « travaillions  » en binôme. Un des deux avait les yeux bandés, pieds nus pour être en pleine connexion avec la terre et l’autre devait le guider, lui prendre la main et le faire avancer dans la forêt. Plus on approchait de la rivière et plus le sol était froid, humide. Les feuilles mortes des arbres craquaient sous les pieds.

Mais le but du jeu était que la personne aux yeux bandés, devait trouver la rivière de lui-même. Il y avait plusieurs trous d’eau, avec des peaux différentes par leur texture, transparence, par la nature de l’animal qui habitait chacune d’entre elle… Quelle allait être la mienne…?
Après être totalement désorientée, avoir crapahuté dans la forêt pentue, je suis arrivée à « mon » trou d’eau. Sans rien y voir, j’ai avancé dans ce fameux trou complètement gelé, j’avais de l’eau jusqu’au genou et je ne sentais plus mes pieds.

Mais peut importe, le moment était magique… J’ai attrapé une peau, puis une autre, j’ai fais appel à tous mes sens et j’ai fini par choisir celle qui me correspondait le plus…Tellement magnifique au touché, à la rugosité! Je ne la voyais pas mais je pouvais sentir sa finesse, sa transparence!
Je suis sortie de l’eau avec ma peau, j’ai retiré le bandage, puis je l’ai découverte de visu…J’avais l’impression qu’elle me remerciait, qu’elle me faisait la fête! Elle était très sauvage, authentique, la peau était presque transparente par endroit… On le voit maintenant très bien sur la photo de présentation du post!
J’ai allumé un encens pour remercier les esprits de la forêt, mais aussi la l’esprit qui habite la peau que j’avais dans la main. Je me suis assise en contre-haut de la rivière et ai attendu avec grâce qu’il se consume dans sa totalité…

La paix m’habitait, j’étais calme, sereine, appréciait le moment présent…

Plus tard dans l’après midi, nous sommes allés dans la forêt, remercier la nature et l’esprit de l’animal qui nous a fait don de sa peau…

La cérémonie a débutée par une méditations, au son d’un petit xylophone de poche, histoire de partir à la rencontre de « notre » animal. Pour ma part, je me suis retrouvée dans la forêt, au bord de la rivière, et de l’autre côté de la rive, il y avait un cerf qui s’abreuvait et me regardait part la même occasion. Nous étions séparé que de 2 à 3 mètres. Je ne bougeais pas, on s’observait et se découvrait l’un l’autre. Un très beau moment de partage par le regard. Pas un mot. Mon animal totem, l’aigle s’est invité à la fête et m’a fait survoler les montagnes environnantes, quel cadeau magnifique!!

Le matin suivant, nous avons découpé la peau à la bonne taille, poinssonné celle-ci, afin de pouvoir faire passer la ficelle de tissage. Je ne m’étais pas rendu compte à quel point cela était difficile de percer cette peau robuste! Mais quel moment!
Je me rappel avec facilité, aisance la manière de procéder, comme si je l’avais déjà expérimenté dans une autre vie. D’ailleurs j’en suis intimement convaincue, car je n’aurai pas de mal à le refaire, et j’a tous les schémas de découpe et de tissage en tête!

L’étape du tissage a été réalisé en plusieurs fois, car il a fallu mouiller la peau, la laisser s’imbiber, effectuer le 1er tour. Puis laisser de nouveau sécher 1 nuit entière, le lendemain, réhydrater la peau pendant 1h, équilibrer le tissage, retendre et ainsi de suite…

Nous sommes allés dans les hautes prairies pour trouver le bois qui servira à la fabrication de la mailloche. Après avoir trouvé l’arbre qui me parlait le pus, je lui ai demandé l’accord de couper une branche et lui ait expliqué à quoi elle me servirait. Il était d’accord.

La patience pour entendre le 1er son qui est sorti du tambour a été de mise. Quel moment inoubliable!

J’ai appris dans cette formation, à être à l’écoute du temps qui passe, à écouter mes envies, à laisser parler ma créativité et mon enfant intérieur. Un moment de retraite intérieur, de superbes pleines de personnes pleine de lumière et de bienveillance…

Ne pas hésiter à s’offrir ce type de Week-end prolongé, en solo, en couple, ou entre amis…!

Belle journée à tous,
A
m
i
c
a
l
e
m
e
n
t
,

Caroline

SUITE : Sur le chemin de l’éveil (du réveil) – Année 2019

Bonjour à tous,

Pour ceux qui auraient manqué le début de l’histoire, rdv sur :

https://carolineberthoux.wixsite.com/monsite/post/comment-suis-je-arrivée-sur-le-chemin-de-l-éveil-année-2019

Et pour récapituler les questions que je me posais à la fin du post précédent :

Comment allais-je faire pour redresser la pente? Qui allait pouvoir m’aider à trouver ma voie? Comment allais-je faire financièrement? Est-ce que je n’étais pas entrain de remettre complètement ma vie en jeu? Devais-je vraiment faire cela? Le doute m’envahissait…

Dès juin 2019, j’étais dans le flou artistique au niveau devenir professionnelle…

Ma sœur avait essayé désespérément de me faire ouvrir les yeux jusqu’alors, mais rien y faisait!

Elle a réussi, petit à petit à me faire méditer, en m’apprenant les techniques, et en m’envoyant par internet des vidéos de méditation qu’elle aimait bien!

Au début, franchement, entre nous, je n’y voyais absolument aucun intérêt…

Je fermais les yeux, et les pensées reprenaient le pouvoir, les contrariétés et le quotidien n’avaient pas du tout de mal à écraser la douceur et la bienveillance de la méditation.
Et mon égo n’arrêtait pas de me dire « non, mais quelle perte de temps sérieux, va plutôt t’activer à faire ci ou cela »… Du coup je méditais, mais vraiment très rarement!

Puis je ne sais pas, finalement, je me suis rendue compte, au fil du temps, que j’arrivais de plus en plus à m’écouter de l’intérieur, ressentir mon corps, ça criait tellement fort de l’a dedans!!

Mais qui me parlait de l’intérieur? A qui appartenaient ces petites voix? C’était mon imagination? Qui me montrait tout ces signes extérieurs? Et qui appuyait de plus en plus là ou cela faisait mal? Mes guides? Etaient-ils réels?

N’avais-je donc rien voulu voir depuis tout ce temps? Ou n’étais-je pas en train de perdre la tête finalement…?

OULAAAAAAAA J’ETAIS EN PLEIN DOUTE!!!

Je vous rassure, maintenant, en juin 2020, je suis totalement à l’écoute de mes guides mais aussi à la partie divine qui est en moi, et je sais que j’ai été aidée à ouvrir les yeux durant toutes ces années…!! Mieux vaut tard que jamais 🙂

Et plus j’allais au travail, et plus je me demandais ce que je faisais là… Incomprise par les collègues, j’étais une femme donc je servais à faire les tâches considérées comme ingrates, mais moi je m’en moquais tellement… Le travail devait être fait, et puis c’est tout non?

Et puis mon poste était mal défini, sans tâches précises à effectuée.
Au début, j’ai proposé beaucoup de pistes d’améliorations, j’ai créé des fichiers de suivis de performances industriels, proposé des améliorations de postes, fais l’accueil et le suivi des intérimaires. Bref, heureusement que j’étais autonome…

Et puis de fil en aiguille, certains managers ont eu peur que je leur pique leur travail, donc j’ai commencé à en avoir de moins en moins.
Du coup je passais beaucoup plus de temps à connaître le personnel, à sympathiser avec eux, à mieux comprendre leurs problématiques, et leur parcours de vie, et c’était chouette!

J’étais quelqu’un d’apaisant pour eux, une épaule sur qui s’appuyer, une intermédiaire entre la hiérarchie et eux! Dans un secret total, ils pouvaient venir me voir pour n’importe quel problème, que ce soit dans le domaine professionnel ou personnel…

Finalement, je l’avais trouvé facilement ma reconvertion professionnelle 🙂

J’AVAIS ENVIE D’AIDER LES GENS, LEUR APPORTER CONSEILS et BIENVEILLANCE!!

Accompagner les gens, être passeur d’âme à un moment précis de la vie de chacun : OK…Mais qu’allais-je faire réellement, et comment le faire? Repartir des années en études afin d’obtenir un diplôme? Très peu pour moi…

Financièrement? J’étais en cdd volontairement, car en pleine période de réflexion sur quoi faire après… Je ne voulais plus m’engager sur un cdi, car j’en avais plus l’utilité, j’avais ma maison, ma voiture, refais la plupart des travaux dans ma maison, donc plus besoin de crédit!

Mais ces formations, combien allaient-elles me coûter? Comment allais-je faire pour les financer? Combien devrais-en en faire pour trouver vraiment ma voie?

L’angoisse et le doute m’envahis de nouveau… Et c’est à ce moment là ou je n’arrivais plus à m’écouter, pas de l’intérieur.

Les peurs me bloquaient et m’empêchaient d’y voir clair.
Au final, à chaque fois que j’allais me balader seule dans la nature ou avec mes chats, que je prenais du temps pour moi, que j’arrivais à travers le silence apaisant de la campagne à m’écouter. Je reprenais le contrôle de mon esprit de plus en plus souvent.

J’étais ancré, les pieds sur terre, et j’arrivais de plus en plus à voir comment j’allais pouvoir subventionner tout cela, j’imaginais plusieurs options, des stratégies, plusieurs directions à prendre.

Et puis j’ai commencé à parler à mes guides, haut et fort, pour qu’ils me donnent des conseils, qu’ils m’orientent sur des formations. Je leur demandais si j’étais sur la voie de mon âme? Je n’avais pas toujours de réponse, enfin c’est ce que je me disais, mais en fait je passais à côté des signes au début… Donc je répétais les questions, jusqu’attend que cela arrive à ma conscience…

ENFIN 🙂 !

J’ai été orienté sur une première formation. Moi qui adore la musique, et le chamanisme, j’ai trouvé une super formation en Ardèche pour aller fabriquer son propre tambour sur 4 jours la dernière semaine de juillet 2019.

Lien du site internte pour ceux qui seraient intéressés pour aller tenter l’expérience : https://tambourschamaniquesoko.com/

J’étais aux anges, ça me correspondait tellement!! J’ai remercié mes guides, économisé et me suite inscrite avec joie et conviction à cette première formation 🙂 !!!

Une part de moi culpabilisait de me faire plaisir, de dépenser de l’argent « inutilement »…Je me disais que j’aurai pu en faire autre chose, investir encore pour la maison…

Alalalaaaaa pas si simple de se faire plaisir des fois! C’était une période assez souffrante pour moi.

Je peux vous dire que je n’ai jamais regretté de faire cette expérience, j’ai rencontré de super belles personnes, avec qui j’ai gardé contact. Un décors paradisiaque pour ceux qui aiment la montagne!

Cette formation de fabrication de tambour fera le sujet de mon prochain post, en décrivant jour après jour chaque étape de la fabrication, les moments de vie en groupe, les apprentissages.

Dernière semaine de juillet 2019, une semaine avant de rencontrer ma jumelle ❤❤❤…

Belle journée à vous,

Amicalement,

Caroline

Comment suis-je arrivée sur le chemin de l’éveil – année 2019

Après l’obtention dune licence professionnelle en Technologies Innovation et Qualité à 22 ans, spécialisée dans l’industrie laitière, les années ont passées, je me suis construite une vie professionnelle dans le monde de l’agro-alimentaire…

J’ai été dans la recherche et développement de produits laitiers dans le nord de la France et dans le nord-est pour des grands groupes dont je ne citerais pas le nom.

J’ai été responsable de production dans une petite société dans l’Ain de fabrication de mignardises sans gluten, et en parallèle, j’avais ma propre société de fabrication de biscuits et de produits d’épicerie fine (exclusivement des kits de préparations de biscuits sucrés et salés avec des farines et matières premières locales, pâte à tartiner sans huile de palme…), ou je travaillais en solo : production, commercialisation, livraison dans la région dans les Gamm Vert, chez les grossistes. Je passais des heures et des heures à me perdre, comme si je fuyais « la vraie vie »!

Puis j’ai été chef d’équipe en boulangerie industrielle à Bourg-de-Péage dans la Drôme, j’avais une équipe de 15 personnes, je supervisais les ateliers de préparation, de pétrissage, la conduite de ligne, le façonnage, la fermentation des produits, le décors, la cuisson, le conditionnement… Un rythme infernal, c’était une marche incessante, je tournais et retournais dans les divers ateliers, sans cesse, à la recherche de problèmes techniques, de pannes, du respect des règles d’hygiène, et de la sécurité du personnel… 13 à 15km par jour en 8heures de travail!

Enfin pour finir, j’ai été coordinatrice de production dans une usine ou l’on conditionnait les marrons, on faisait de la purée et crème de marron pour les professionnels et les particuliers. Le personnel de production était vraiment super, rigoureux, très attentifs à ce qu’il se passait et très courageux, car il y avait beaucoup de postes physiques et répétitifs… ! Comme dans mes expériences précédentes, je n’étais pas en accords avec les principes moraux des encadrants, et je décrochais de plus en plus de mon travail car je ne me sentais pas comprises ni même écoutée… Le personnel n’était pas écouté, leurs demandes n’étaient pas prises en compte, et la sécurité à leur poste, je ne vous en parle même pas… Même si, je reconnais, qu’il y avait eu beaucoup d’optimisation de postes depuis mon arrivée et depuis l’arrivée de la nouvelle équipe au service qualité.
J’avais beau bien gagner ma vie, être en poste de journée comme je le désirai depuis de nombreuses années, être assez douée pour ce que je faisais, sans me jeter de fleurs, je m’ennuyais profondément dans mon travail, car les choses semblaient si simple à gérer pour moi… Je voyais les choses se faire devant mes yeux sans avoir l’autorisation de faire quoi que ce soit. Et là, je me disais, qu’avoir une hiérarchie ne me correspondant carrément plus!

J’ai mis du temps à accepter qu’il fallait que je me remette à mon compte, car je m’étais tellement épuisée, j’avais passé tant d’heure à développer mon entreprise dans mon expérience précédente de gérante d’entreprise…

Mais on me poussait à le faire, on me poussait à m’affirmer et à laisser le passé derrière moi et regarder à créer de nouveau, mais en changeant carrément de domaine, cela était évident…!

Entre mes 22 ans et mes 33 ans, je me suis beaucoup blessée physiquement, fracture de la cheville qui a entraînée une algodystrophie, déchirure des ligaments du genoux gauche, ménisque droit fêlé, point de suture à l’index droit (en même temps que le ménisque bien sûr sinon c’est pas drôle!)

Quelques mois avant de rencontrer ma jumelle (j’expliquerai le lien de Flammes Jumelles dans un prochain post), donc en juin 2019, j’ai eu comme une illumination, j’ai regardé ma vie, les 10 dernières années et j’ai ENFIN reconnu que je n’étais pas sur le bon chemin de mon âme, qu’on (les guides) avait essayé de me le faire comprendre, mais j’avais mis des œillères, je ne regardais que le côté financier, gagner toujours plus pour acheter une maison, avoir assez de moyen pour faire des travaux, ma compagne et moi aimions vraiment le style industriel, et on a vraiment fait un intérieur à notre image! Peut importe si je devais faire des heures supplémentaires, travailler les nuits et/ou weekends, du moment que ça pouvait augmenter mon salaire!

Et là, j’ai vraiment compris « mon erreur ». Était-ce vraiment cela le bonheur? Se crever à la tâche à en être épuisée et à ne plus pouvoir être capable d’écouter son corps? son âme?

Bien sur que non… A cette époque là, le travail était mon énergie tierce…

Vivre c’est s’écouter, être capable de s’intérioriser, et de voir si notre corps est dans la capacité à supporter le rythme qu’on lui inflige. Vivre, c’est de prendre, chaque jour, du temps pour soi, s’accorder de l’attention, une écoute particulière.

En résumer c’est se faire le cadeau d’apprendre à s’aimer soi-même, être en complétude à soi-même…

Je dirai que juin 2019, à été pour moi le (r)éveil spirituel, la fin d’un cycle d’auto-flagellation. J’ai de nouveau ouvert les yeux à la vie, j’ai relevé la tête, retiré les œillères, et j’ai commencé à visualiser ma vie autrement!

Comment allais-je faire pour redresser la pente? Qui allait pouvoir m’aider à trouver ma voie? Comment allais-je faire financièrement? Est-ce que je n’étais pas entrain de remettre complètement ma vie en jeu? Devais-je vraiment faire cela? Le doute m’envahissait…

Suite et réponses à ces questions dans le prochain post 😉 !

Belle journée à vous,

Amicalement,

Caroline

Pourquoi consulter un médium? Est-ce nécessaire? Est-ce que je suis addict et pourquoi?

Chers lecteurs,

Aujourd’hui nous allons parler de la médiumnité…

Dans quel cas consulte-t-on un médium?

Pour répondre à cette question, je dirai que l’on consulte un médium si l’on a besoin de réponses bien précises sur des sujets bien précis…Travail, famille, santé, etc…Ce qu’il faut retenir c’est qu’on consulte pour connaître des choses sur soi et non sur notre entourage. Car cela est malsain, et chacun à son libre-arbitre, on ne s’introduit pas dans l’espace sacré de quelqu’un même si on pense que ça pourrait l’aider!

Je répondrais à cette question plutôt par pourquoi on ne consulte pas un médium : on ne le consulte pas pour connaître dans les moindre détails notre vie future…

Quel en serait l’intérêt? Il n’y aurait donc « plus de surprise de la vie »?

Connaître certains évènements futurs nous met dans l’attente qu’elles arrivent, cela bloque les énergies et vous pourriez être déçu qu’elles n’arrivent jamais…Surtout si on vous annonce des dates précises, il n’y a selon moi, rien de pire!!!

Il est important d’avoir assez de recul sur ce qu’on vous annonce. Prendre les informations avec légèreté et se détacher. Toujours prendre du recul, et sentir si cela résonne en nous ou pas.

Comment choisir un bon médium? Vous pouvez demander à votre entourage si ils en connaissent un de sûr… On peut se fier à son intuition aussi, se laisser guider à une vidéo ou à un écrit, quelque chose qui fait tilt en nous…

Certains vont avoir plus de facultés à lire dans l’avenir, d’autres dans le passé, chacun à sa spécialité. Certains utilisent des cartes dites « oracle ou tarot » pour les aider dans l’interprétation des messages qu’ils reçoivent et d’autres préfèrent utiliser la canalisation médiumnique uniquement… Est-ce qu’il y a une préférence à avoir?

Pour ma part, je suis plus attirée vers une personne qu’une autre en fonction de ce qu’elle dégage, des vibrations que je ressens et qui m’inspirent! Je les laisse travailler et me donner les informations avec les outils qu’ils possèdent. Une chose qui est sûre c’est que je n’aime pas qu’on me pose trop de questions, je préfère que les choses arrivent naturellement dans l’échange…

J’ai une problématique sur mon travail : dois-je garder ce travail ou est-il nécessaire de changer de milieu professionnel? Est-ce que ce nouveau travail correspond à mon chemin de vie? Que va-t-il m’apporter de plus? Une stabilité financière? D’être plus dans la créativité? Le changement peu aider à couper des liens toxiques avec des personnes nocives àmon (bien-)être, d’être plus en adéquation avec mes « idéo »? Bien entendu la liste est longue et chaqun à ces propres problématiques…

J’ai une problématique sur mon couple : rien de va plus, j’ai construit ma vie avec quelqu’un qui ne me correspond plus… J’ai des enfants avec cette personne que j’ai bien entendu aimée mais je n’arrivent pas à me détacher de lui car j’ai peur qu’ils en souffrent…(bien entendu, vous connaissez la réponse au fond de vous, de ce que vous avez à faire, mais vous avez besoin d’être conforté et qu’on vous dise que vous êtes sur le bon chemin).

Y a-t-il trahison dans le couple? Problème de sexualité? On est plus sur la même longueur d’onde, quelles sont mes options?

On peut bien sur demander si on va trouver le grand Amour et Quand. Mais entre vous et moi, quel est l’intérêt de savoir cela… Ne vaut-il pas laisser la vie vous offrir ce magnifique cadeau quand vous vous y attendez le moins? C’est tellement merveilleux et unique…

Les problématiques dans le domaine sentimental est également si vaste que je ne peux bien évidemment pas tout énumérer 😉

Il est possible de consulter si il y a une problématique médicale, un être cher qui a subitement quitté notre monde, un proche dans le coma ou qui est atteint d’une maladie grave et/ou incurrable…

Est-il nécessaire de consulter?

Bien évidemment que non… Ne consulter que si vous en ressentez le besoin et que si vous avez besoin d’être conforté dans certains de vos choix, ou si une situation est stressante-malsaine pour vous.

Il est important de dire que l’on ne consulte pas un médium tous les jours, ni toutes les semaines, si même tous les mois!

Si l’on consulte une fois par trimestre, c’est déjà énorme! Je dirais même que 2 fois par an c’est déjà bien 🙂

Si vous ressentez le besoin de consulter tous les mois, voir plus régulièrement encore, c’est que vous êtes addict… Dépendant.. Et ces termes ne sont pas trop forts…

Ca arrive chez certains comme on pourrait être addict aux jeux, aux drogues, alcool…

Comment faire pour me sortir de cette roue infernale? Il est possible de vous faire aider par un thérapeute, pars qu’il ne vous jugera pas et vous aidera à trouver ce qui provoque cela. Ca vient pratiquement à coup sur combler un manque affectif, un trouble emotionnel.

Si c’est le cas et que vous en ressentez le besoin, je propose moi-même des accompagnements personnalisés grâce à des Thérapies Quantiques*, qui sont vraiment de supers outils de guérisons.

Je serais ravie de vous orientez vers des médiums de qualité si vous en ressentez le besoin. N’hésitez pas à me laisser un commentaire ou me contacter par téléphone. Vous avez toutes mes coordonnées sur mon site internet : carolineberthoux.com

Ne prenez que ce qui résonne en vous,

A bientôt,

Amicalement,

Caroline

Thérapies Quantiques* proposées : magnétisme quantique (encodage Gregori Grabovoï, méthode de Melo) + lecture d’âme

Comment méditer et pourquoi le faire?

La méditation, vaste sujet, allez-vous mer dire…

Je pense sincèrement qu’il y a plein de façon de méditer, ça n’est pas simplement ouvrir un YouTube, chercher une méditation spécifique comme on le trouve « du matin », « du soir », « pour aider à lâcher prise », etc…, puis s’allonger, et l’écouter… Même si c’est une des façons de le faire, et qui marche parfaitement bien! Il n’y a aucun jugement la dedans, puisque moi aussi ça m’arrive de choisir cette façon de faire. Perso, j’aime particulièrement les méditations de Cédric Michel et Mike méditation.

Lorsque j’étais plus jeune, même dès l’âge de 5-6 ans, j’allais à la pêche avec mon papa, j’adorais ça!

J’adorais me lever tôt et on partait au levé du jour avec mon papa. Toute ces couleurs dans le ciel qui se lève, une nouvelle journée qui commence, la rosée du matin qui venait nous refroidir doucement nos bottes de jardin!

Passer des heures à contempler le paysage, être concentrée à porter mon intention sur la rivière qui coulait, écouter le chant des oiseaux, être aux aguets sur ce qu’il pouvait se passer autour de moi… Il y avait tellement de mouvement autour de moi, ne serait-ce par l’eau qui coulait à l’infini, les insectes qui voletaient autour de moi, les papillons dansaient, les libellules se posaient sur la canne à pêche, ou sur les roseaux qui nous entouraient… C’était si paisible, on pouvait distinguer chaque son de la nature, entendre le bizzzzz des mouches ou des insectes…

Tout cela pour dire, que déjà à cette époque, même si je n’en était pas consciente, je méditais… J’étais en pleine conscience, était dans l’instant présent, je laissais aller mes pensées sans y prêter grande attention, j’étais tellement captivé par tout ce qui m’entourait. Je laissai aller ma respiration au rythme de la rivière, du souffle du vent sur ma peau…

Dans ma famille, comme dans beaucoup de familles, on adore cuisiner! Ma grand-mère est une très bonne cuisinière, ma maman aussi, ma sœur aussi, ma tante aussi, on a tous nos spécialités je dirais. Même mon grand-père cuisine, c’est lui le grand chef pour faire des soupes avec les légumes du jardin!

Pour ma part, j’adore, et j’adorais faire les desserts…! C’est un réel moment de détente et de plaisir pour moi.

Choisir les ingrédients en pleine conscience, les manipuler délicatement, être attentif à leur comportement lorsque je les associe…Les doser avec justesse…

Maintenant, j’arrive à me laisser guider par mon intuition et je n’utilise que très rarement les livres de cuisine. J’appel cela « les gâteaux au pif »! Qui sont tous très réussi me dit-on 🙂

Être concentré à ce que l’on fait, en pleine conscience, sans penser à autre chose, aux tracas du quotidiens, c’est déjà être dans un état méditatif!

Et puis, bonne nouvelle, créer dans la matière, permet d’être ancré, d’être relié à la terre, de vivre dans l’instant présent. D’où m’expression « avoir les pieds sur terre »! Ca aide tellement d’être dans l’action, ça évite de procrastiner !

Il est également possible de méditer en pleine conscience, en étant allongé ou assis, et en se concentrant uniquement sur la respiration.

C’est la façon la plus simple de le faire, et peu importe le lieu, et peu importe le moment de la journée!

Inspirer…, Expirer… On peut à voix haute ou dans sa tête dire des affirmations positives, être conscient que nous sommes dans l’instant présent. « je suis libre, je suis libre, je suis libre ».

Méditer, c’est prendre du temps pour soi, s’accorder un moment de bien être, se couper te tous ce qui nous entoure. Je trouve que c’est se faire un cadeau, se centrer sur son être profond, s’intérioriser pour apprendre à mieux se connaître de l’intérieur, s’écouter…!

Et vous, quel est votre façon de méditer? Avez-vous d’autres façons de pratiquer?

J’espère que vous aurez passé un bon moment à me lire, et que pleins de souvenirs joyeux reviendrons à votre conscience, et vous apporterons des sourires joyeux sur votre visage…

Belle journée à vous,

Amicalement,

Caroline

La créativité, un développement spirituel garanti!

Photo Stéphanie Thomson, Artiste – peintre

Mes chers lecteurs, aujourd’hui, j’avais envie de vous parler de créativité. On la développe dès le plus jeune âge, sans même le savoir… sans même savoir ce qu’est la spiritualité. On laisse juste tout simplement exprimer l’enfant intérieur qui est en nous, d’ailleurs, on ne saurait faire autrement!

J’ai eu la chance, et je remercie mes parents pour cela, de m’avoir laisser explorer les arts : cours de solfège, pratique d’un instrument de musique, cours d’arts plastiques, pratique de nombreux sports collectif et individuel.

Et oui, je trouve que pratiquer un sport c’est aussi créatif, car il faut imaginer des stratégies, les mettre en action dans la matière, se dépasser sans limite, car on le fait naturellement avec joie et amour!

J’ai pratiqué, dès l’âge de 6 ans le tennis, puis le hand-ball pendant 6 ans, ce qui m’a permise de savoir vivre en groupe, savoir se mettre en avant mais aussi être humble. J’ai, grâce au handball pas mal voyagé les week-ends lors des déplacements pour aller affronter les équipes adverses. C’était très épanouissement, je m’ouvrais à la société!

Je me suis ensuite tournée vers le tir à l’arc, j’ai pu développer la patience, la concentration, la performance, l’autonomie. J’ai également pas mal voyagé. Je trouve que c’est le sport qui m’a le plus appris à me centrer sur mon même, à me faire confiance et à faire confiance en la vie!

Puis j’ai également pratiqué le ping-pong, l’escrime, le badminton. J’ai fait de supers rencontres, de supers expériences de vie…

La musique m’a également beaucoup appris, à être centrée, ça m’a apporté de la rigueur, puisque quand on choisi de pratiquer un instrument de musique, il faut forcément s’entraîner, répéter chaque jour, faire des exercices, les faire et les refaire afin d’obtenir une mélodie harmonieuse. Avec la musique, il est si facile de créer….

Une mélodie, faire glisser les notes les unes à la suite des autres, se laisser aller à sa propre imagination, laisser porter sa voix…Ecrire des chansons, composer des tablatures, aligner les notes les unes à la suite des autres…! Pour ma part j’avais choisi le saxophone, magnifique instrument par ses courbes, par sa rondeur de note, et par son côté jazzy!

Puis à l’adolescence je me suis tournée dans la pratique de la guitare folk, sans prendre cours, j’ai juste suivi un dvd pour apprendre les accords principaux. Et puis avec internet on peut trouver tellement d’enseignements diverses et variés…! Cette année je me suis offert un petit drum, ça ressemble un peu à un xylophone en sonorité, c’est rond, moi je trouve que ça ressemble un peu à une soucoupe volante. Et oui on peut être créatif, même par la pensée 🙂 !!!

Pour en revenir aux arts, j’ai eu la chance de suivre des cours collectifs pour les enfants, ou j’ai pu pratiquer la peinture, l’aquarelle, le fusain, apprendre les techniques, laisser aller mon inventivité à l’infini…Sculpter des petits blocs de pierre au burin, oui bon, je ne me rappel plus si c’était très réussi mais je m’éclatais, et c’tait bien là le principal!

Ce que je préférai par dessus tout c’était de travailler la terre glaise, façonner avec les mains, avoir ce contact, cette proximité avec la matière! Tout rentrait en compte, la qualité de la matière, l’humidité, la température, la provenance… En travaillant cette matière, j’imaginais le lieu ou elle avait été récupéré, je voyais le décors, la personne qui était entrain de chercher le graal 🙂

Toutes ces pratiques créatives m’ont permise, sans en être consciente, d’avancer sur un chemin spirituel. Elles m’ont permise de me concentrer, me centrer, de vivre l’instant présent, de partager des enseignements et l’espace temps avec les personnes qui nous entourent… De m’affirmer également, d’être moi-même et de montrer qui je suis vraiment!

Je remercie forcément mes parents de m’avoir permise de faire toutes ces belles choses étant enfant- adolescent… Car cela demandait pour eux d’être organisés, de nous accorder du temps pour nous accompagner, de nous emmener sur les différents lieux de pratique pour les entraînements / cours mais aussi le weekend pour les compétitions!

Peut être vous retrouverez-vous dans ce petit post, ou peut être que ça vous rappellera vos propres expériences, que cela vous fera remonter des souvenirs merveilleux…

Belle journée à vous,

Amicalement,

Caroline